Zuber, Les vues du Brésil, papier peint encadré, vers 1970

4500,00

Manufacture Zuber, auteur.

Panneau de papier peint de la Manufacture Zuber, trois lés de papier peint panoramique « Les vues du Brésil » représentant une plantation de café au Brésil, marouflé sur panneau. Au premier plan, on aperçoit des indigènes travaillant tandis que les contremaîtres se reposent sous une sorte de auvent fait de grandes palmes. Au second plan, on peut voir des vaisseaux et des frégates voguer sur l’eau. Le fond est un ciel bleu tirant sur le beige, qui donne de la profondeur à la scène.

Les lés ont été raccourcis et encadrés par des tiges de bois doré imitant le bambou.

Les trois lés n° 27, 28 et 29 ici encadrés sont issus du sixième panneau de l’ensemble panoramique “Les vues du Brésil” composé au total de 30 lés.

Ce papier peint a été réalisé d’après les dessins de Jean-Julien Deltil, inspiré des lithographies de Johann Moritz Rugendas. Il fut imprimé pour la première fois en 1830 grâce à 1693 planches de bois sculptées pour un total de 247 couleurs.

 

Jean-Julien Deltil (1791-1863) est un peintre français qui entre aux Beaux-Arts de Paris en 1813 et fut l’élève de Debret. Il exposa aux Salons de 1814 et 1824 comme portraitiste. À partir de 1818, il commence à travailler pour les manufactures de papier peint comme la Manufacture Velay (La Bataille d’Héliopolis (1818)). À partir de 1835, il travaillera exclusivement pour la Manufacture Zuber où il se spécialisera dans les paysages exotiques.

Johann Moritz Rugendas (1802-1858) est un peintre allemand célèbre pour son album de planches lithographiques Voyage pittoresque au Brésil publié chez Engelmann en 1835. Ces vues sont le récit de son voyage au Brésil effectué entre 1822 à 1825 et inspireront Deltil pour ses Vues du Brésil . Il dessine des paysages très réalistes, en prenant soin de bien représenter la faune et la flore ou les habitants du pays. Il recherche à être au plus proche de la réalité du peuple brésilien et s’intéresse également aux peuples indigènes.

La Manufacture Zuber est créée à partir d’un atelier d’impression de papier peint créé en 1790, en annexe d’un indienneur de Mulhouse. La petite fabrique s’installe en 1797 à Rixheim et va prendre de l’ampleur. Jean Zuber entre dans l’entreprise comme voyageur et en devient l’unique propriétaire en 1802. La manufacture va connaître un essor considérable tout au long du XIXe siècle grâce à de nouveaux procédés d’impression et une grande qualité artistique dans sa production.
Sa grande collection de décors panoramiques qui apparaissent à partir de 1804, fera sa renommée internationale. Pour cela, elle s’associe avec de grands artistes qui surent mettre leur art au service de la technique du papier peint, comme Pierre Mongin ou Jean-Julien Deltil.
La Manufacture Zuber continue aujourd’hui de fournir du papier peint en le travaillant avec les mêmes techniques manuelles héritées du XIXe siècle.

Les grands panoramiques réalisés entre 1800 et 1960 sont un des moyens utilisés pour le dépaysement et l’exotisme grâce à une confrontation directe entre le spectateur et le paysage ou les populations représentées. Le panorama est souvent divisé en scènes et permet à l’acheteur de disposer les différentes scènes comme il le souhaite.
Une difficulté va alors apparaître en passant des décors de fleurs ou d’arabesques aux vues panoramiques : il faut arrêter d’uniformiser les fonds pour rendre le paysage crédible. Ainsi Zuber crée l’impression « en irisé » en 1819, procédé qui permet l’obtention d’un dégradé de couleurs imperceptible grâce à l’application de couleurs en simultané ; cela permettra d’animer le ciel entre les tons de bleu et beige. Pour accroître la crédibilité des scènes représentées, les dessins de voyageurs ainsi que les lithographies sont utilisés comme sources d’inspiration dès 1810.
Les goûts du public vont évoluer tout au long du XIXe siècle et les panoramiques vont se tourner vers différents genres : référence à l’Antiquité classique, aux découvertes archéologiques contemporaines, aux jardins et aux voyages. Quelles que soient les évolutions des goûts en matière des sujets, ils restent avant tout un prétexte pour servir le but premier du papier peint : représenter des scènes dépaysantes et dynamiques, où personnages et objets sont en mouvement, loin de la fixité des arabesques et des décors floraux.

 

Sources :

Claval Paul. Le papier peint panoramique français, ou l’exotisme à domicile. In: Le Globe. Revue genevoise de géographie, tome 148, 2008. L’exotisme. pp. 65-87.

Stéphanie Perris-Delmas, « Gros plan sur les panoramiques », Gazette Drouot, °33, 29/09/2006

Site web de la Manufacture Zuber

Contact devis transport / delivery costs :

Contact

 

Telephone / By Phone : +33(0)6 45 11 12 88

UGS : LS3556 Catégories : ,
 

Informations complémentaires

Dimensions PxLxH 5 x 158 x 200 cm
Créateur

Manufacture Zuber

Epoque

Matière

,