L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

Serie de quatre fauteuils « Retour d’Egypte » estampillés ROOS

vendredi 30 juin 2017, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Un style décoratif issu de l’antiquité classique se développe en France vers 1750 grâce aux découvertes des ruines de Pompéi et d’Herculanum. Le style dit « Retour d’Egypte » prolonge ce goût pour les civilisations anciennes après la campagne de Napoléon. La publication en 1802 du Voyage dans la Basse et la Haute Egypte puis de la Description de l’Egypte par l’écrivain français Vivant-Denon donne aux architectes, aux ornemanistes et aux ébénistes une source d’inspiration inépuisable pour leurs créations. Cette mode s’étend jusqu’aux années 1820 et se traduit par des éléments facilement identifiables tels que les sphinges, les sphinx, les palmettes, les pieds sabres,…

Le créateur des fauteuils est l’ébéniste CHARLES ROOS DI HOUTGARD (?-1837), dont l’estampille se retrouve sur la traverse antérieure sous le châssis de chacun des fauteuils. CHARLES ROOS est un ancien élève du célèbre ébéniste français Georges Jacob et possède un atelier au 8 via Condotti à Rome au début du XIXe siècle. Il travaille pour les commanditaires les plus prestigieux de son temps. Il fabrique pour Napoléon de majestueuses portes en acajou ornées de corniches en bronze doré pour le palais du Quirinal en 1812. Après la chute de l’empereur, il livre au Pape Grégoire XVI un plafond à caissons pour le palais du Latran. CHARLES ROOS innove en introduisant à Rome l’utilisation de bois exotiques dans la marqueterie ainsi qu’une technique pour brunir les meubles sans utiliser de cire. Ces deux techniques lui permettent d’obtenir une médaille d’argent de deuxième classe au concours organisé en 1810 en l’honneur de Napoléon. A cette occasion il expose un bureau, un guéridon étrusque et un coffret de voyage.
En dehors de ces commandes luxueuses, il participe également à des œuvres de charité à l’hospice apostolique de Saint Michel où il forme des jeunes à l’ébénisterie. Il meurt à Rome en 1837.

Parmi les ébénistes qui ont diffusé le style « Retour d’Egypte », citons la fameuse famille Jacob qui a répondu à de nombreuses commandes pour le mobilier des résidences impériales. En effet, entre 1796 et 1797 l’atelier Jacob livre un important mobilier de salon pour l’hôtel particulier de Joséphine et Napoléon situé rue de la Victoire à Paris. Deux des fauteuils ont été adjugés 21 000 € le 14 juin 2017 lors de la vente COLLIN DU BOCAGE. Le modèle est tout à fait comparable à celui que nous proposons.
Un autre modèle similaire est créé par l’atelier Jacob Frères pour la chambre de Madame Récamier en 1799, aujourd’hui conservé au Musée du Louvre. On y retrouve également les sphinges ornant les accotoirs, le dossier à enroulement et les pieds sabres.

A découvrir aussi