L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

Emile COLIN ET CIE

mardi 13 novembre 2012, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

La maison E.COLIN et Cie est née en 1882, après que Emile COLIN eut racheté l’entreprise E.VIE et Cie. Dès le départ, l’entreprise dispose d’un solide capital de 1 100 000 francs.

Colin loge au 29 rue Sévigné et perçoit 1125 francs par mois.

Un an plus tard, COLIN créé une nouvelle société en gardant la même raison sociale, il s’agit de la naissance définitive de l’entreprise Emile COLIN et Cie. La maison COLIN reprend essentiellement des modèles d’édition de CARPEAUX. COLIN travaille notamment avec deux collaborateurs, VESPIERRE et le ciseleur HAAN.

La maison acquiert une grande renommée notamment pour sa lustrerie ornée de bronzes composés par ROZET ou MARIOTON.

PNG - 145 ko
(hauteur) 39cm x (largeur) 22cm x (profondeur) 13cm

Fait notable, la maison COLIN ouvre de manière éphémère un dépôt pour appareils d’éclairages électriques au 32 rue du Faubourg Saint Honoré.

COLIN fond aussi des statues comme les œuvres du sculpteur CARPENTIER tel « La chanson », « L’improvisateur ». Présentées au Salon de 1893, ces sculptures rencontreront un franc succès. Mais la maison COLIN fond aussi des groupes monumentaux, comme le « DIDEROT » de Jean GAUTHERIN placé boulevard Saint Germain à Paris.

Emile COLIN se retire en 1898 et est remplacé par des membres de sa famille, à partir de ce moment, le nom devient M.COLIN et Cie. Emile COLIN lui meurt en 1899.

Après ça, la maison COLIN passe de rachat en rachat, elle est notamment couronné d’un prix à l’Exposition Universelle de 1900. Enfin en 1923, l’affaire retrouve le nom de maison COLIN. A partir de 1939, la maison COLIN devient un magasin d’antiquités jusqu’en 1950, date de sa fermeture définitive.

A découvrir aussi