L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

La marqueterie BOULLE

mardi 23 février 2016, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Paire de meubles d’appui en marqueterie dite « Boulle », écaille et laiton doré, bois noirci. Riches décors de bronze doré tel que rinceaux, rameaux feuillagés, têtes de putti, serrures etc. Dessus de marbre.

JPEG - 71.8 ko
PAIRE DE MEUBLES D’APPUI EN MARQUETERIE BOULLE

Cette paire de meubles d’appui issus du courant historiciste du XIXe est une réalisation directement inspirée des travaux de l’ébéniste André BOULLE.
André Charles BOULLE, né en 1642, est le fils d’un menuisier. Sa carrière d’ébéniste commence en 1664 quand il s’installe dans l’atelier dépendant du collège de Reims. En 1666 il est fait maître ébéniste, son atelier s’agrandit et il embauche jusqu’à 40 employés.

C’est à partir de 1672 que sa carrière connait un élan prodigieux, en effet, sur recommandation de COLBERT, qui le tient pour être « le plus habile de Paris dans son métier », André Charles BOULLE obtient le titre de « Premier ébéniste du Roi », qualifié de « Peintre, architecte, sculpteur en mosaïque, graveur, ciseleur et inventeur du chiffre ».

Cette prestigieuse nomination lui permet d’échapper dorénavant aux corporations. Il doit désormais créer, fondre et ciseler ses propres bronzes. Son succès est immense, il fournit de très nombreuses créations destinées aux résidences royales comme par exemple le cabinet du grand Dauphin. Il oeuvre également pour les hauts dignitaires ainsi que pour les cours étrangères. Ses créations participent notamment à la splendeur de la cour de Versailles et à son rayonnement mondial.
Il mène une vie faste et luxueuse. Collectionneur réputé, sa galerie et sa bibliothèque deviennent célèbres dans tout le royaume. Poursuivi par ses créanciers pour ses nombreuses dettes, il ne devra son salut financier qu’à plusieurs interventions du Roi. En 1704, MANSART écrit à PONTCHARTRAIN : « Le roi a bien voulu accorder cette fois encore à BOULLE un arrêt de surséance pour 6 mois à condition que ce sera la dernière grâce que Sa majesté lui fera là dessus. »
Vers la fin de sa vie, son style évolue et se fait plus souple, ses arabesques plus agiles. Cette évolution des formes annonce le style Louis XV.

BOULLE n’a laissé ni estampille, ni signature, ces dernières n’étant d’usage qu’à partir de 1743. Son talent de créateur très original domine l’ébénisterie de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle. Non content d’être un précurseur en marqueterie, il révolutionne également la forme de nombreux meubles comme par exemple la paire de commodes destinées à la chambre du Roi Louis XIV au Grand Trianon. De très nombreux ébénistes reprennent ses travaux (notamment DUBOIS, LEVASSEUR et JACOB).

André Charles BOULLE est également célèbre pour ses innovations apportées aux techniques d’ébénisterie. Il perfectionna ainsi la Tarsia a incastro, technique permettant de découper dans un même paquet de plaquages (feuilles claires et feuilles foncées) des formes identiques (par superposition des feuilles) de valeurs chromatiques différentes (claires et foncées). Mais BOULLE est surtout célèbre pour sa marqueterie de laiton doré et d’écaille (principalement de caret). On peut voir distinctement sur notre paire de meubles d’appui le rendu caractéristique de la marqueterie Boulle : les motifs sont symétriques mais « inversés », comme en négatif. Le décor est en laiton sur le premier meuble et en écaille sur le deuxième. Grâce à ces nouvelles techniques, il réalise des plaquages composés d’arabesques complexes, inspirées de BERAIN (dessinateur, aquarelliste, ornemaniste du XVIIe). L’opposition chromatique des écailles et du laiton permet un rendu extrêmement dynamique et vivant. Enfin l’utilisation du bronze doré souligne cette complexité et cette richesse du motif décoratif.

A découvrir aussi