L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

P - Q - R

samedi 20 février 2016, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

P

panetière, n.f. Petite armoire provençale à large barreaux tournés, pendue au mur ou posée sur le pétrin pour conserver le pain.

panse, belly n.f. Partie renflée d’un objet.

paravent, screen n.m. Meuble dériivé de l’ôtovent, apparue à la fin du XVIème siècle. Il est composé de plusieurs feuilles réunies par des charnières et sert à préserver des courants d’air dans les appartements. AU XVIIIème, l’usage des paravents de toutes dimensions se généralise, ceux-ci sont tantôt décorés par des peintres, tantôt tapissées, tantôt exécutés en laque et sont alors extrêmement recherchés et cotés très cher.

JPEG - 69.2 ko
© JLF Antiquités – Paire de paravents en laque de Chine 1900

parclose, n.f. Terme venu de l’architecture qui désigne, en menuiserie, l’ensemble des traverses encadrant un panneau de bois.

JPEG - 34.8 ko
© JLF Antiquités – Miroir parclose

parqueté, Se dit d’un meuble qui présente une surface recouverte de petits panneaux de bois assemblés à la façon d’un parquet.

Q

quadrilobe, n.m. Motif composé de quatre fractions de cercle assemblés en forme de pétales. D’origine architecturale, le quadrilobe était employé au Moyen-Agepour décorer des dossiers de sièges, des façades de coffres, des balustrades ou des vitraux. Egalement appelé "Quarte-feuilles" ou "quatre-feuilles"

quartz, n.m. Terme générique recouvrant plusieurs sortes de pierres dures, connues par ailleurs sous d’autres noms. les variétés les plus connues sont le cristal de roche, le quartz rose, le quartz fumé mais aussi la citrine, l’améthyste et l’oeil de chat, tout comme des pierres opaques comme l’agate, la calcédoine, la jaspe et l’opale.

JPEG - 264 ko
Trois types de quartz

quatre-portes, n.m. Nom donné par les antiquaires à des bahuts à deux corps dont la partie supérieure, à deux portes, prolonge symétriquement le corps du buffet bas qui la supporte.

quinquet, n.m. Lampe à l’huile qui porte le nom de son inventeur, de la fin du XVIIIème siècle. Le système de combustion de cette lampe se caractérise par un double courant d’air qui donne à la flamme une luminosité encore activée par un tube de verre placé verticalement.

R

rabot, plane n.m. Outil destiné dans l’ensemble des métiers du bois, servant à aplanir et à dresser les pièces de bois après dégrossissage. Selon leur dimension, les rabots adoptent des noms spécifiques (colombe, varlope, riflard, sabot), certains sont à fer latéral ( bouvets, guillaumes) et quelques-uns sont munis de poignée.

rai-de-cœur, n.m. Ornement composé de fleurons, de fers de lance, de feuilles d’eau, dont la succession évoque la forme de cœur.

JPEG - 29.9 ko
© JLF Antiquités – Paire de fauteuil de style Louis XVI, Fin XIXème, à décors rai-de-coeur sur bois sculpté et laqué gris

régule, n.m. Alliage résistant et inoxydable à base de plomb, inventé vers 1835 en Angleterre, qui s’est souvent substitué au bronze aussi bien pour les œuvres artistiques que pour certains objets usuels, à cause de son prix de revient peu élevé.

reine (à la) Expression (donné à la suite d’une commande pour la jeune épouse de Louis XV) qui s’applique aux chaises et aux fauteuils à dossier plat, légèrement incliné en arrière, entre des montants plus ou moins violonés.

relais, n.m. En tapisserie, interruption de la trame entre deux fils de chaîne. Les relais servent de raccords aux couleurs et sont ensuite cousus ou bien conservés dans un but décoratif.

rentrage, threading n.m. En tapisserie, bord d’une tenture replié et cousu sur l’envers ou raccourcissement de la tapisserie obtenu par la contracture des fils de chaîne quand on retire la tapisserie achevée du métier sur laquelle elle était restée fortement tendue.

rentraiture, n.f. En tapisserie, terme de restauration qui désigne la reconstitution de parties usées, détruites, ou coupées. Avec une aiguille on remplace les fils de chaîne manquants. Il s’agit également de la couture des relais entre deux surface monochromes.

reparure, n.f. Terme regroupant les opérations de finition qui doivent être réalisées sur l’objet de bronze "brut de fonte", par le fondeur, ou mieux, par le sculpteur lui-même. Après ces interventions "mécaniques", le bronze est soigneusement poli et patiné (ou doré).

revers, reverse n.m. Côté de la pièce de monnaie qui ne porte pas le type monétaire principal (v. avers). Pour les monnaies modernes, le revers porte toujours l’indication chiffrée de la valeur.

riflard, n.m. Long rabot servant à dégrossir et à ébaucher la pièce de bois après sciage. Le riflard est aussi une grosse lime à métaux, un ciseau dentelé de sculpteur et un outil de maçon à lame mince et large.

rotin, rattan n.m. Tige souple d’un arbrisseau de la famille des palmiers, servant à tresser des fonds à des sièges légers ou à des plateaux de table. La mode du rotin a commencé sous Napoléon III pour des salons d’hiver, dont on sortait ces meubles faciles à transporter, si le temps s’y prêtait.

ruban, ribbon n.m. Motif décoratif, peint, sculpté, marqueté, imitant le ruban enroulé. Souvent employés à l’époque Louis XVI, les nœuds de ruban figurent sur les chutes, sur le mobilier, les boiseries et les objets orfèvrerie.

JPEG - 27.8 ko
© JLF Antiquités – Dossier ajouré surmonté d’un ruban, fauteuil style Louis XVI 1900

A découvrir aussi