L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

Le SIEGE à travers les styles français

mercredi 12 mai 2010, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Le style Roman (XVème siècle) :

On a retrouvé très peu de meubles de cette époque, car une fois passés de mode, ils servaient de bois de chauffage.
La chayère, il s’agit d’un siège réservé aux rois, puis aux ecclésiastiques.
La structure : comporte un marche pied.
Le décor : arc en plein cintre, gainage de cuir peint et repoussé.
Les assemblages : tenons et mortaises.

JPEG - 83.6 ko
(c) "Le Mobilier français, Les Sièges" de Guillaume Janneau, ed Jacques Fréal

Le style Gothique (1ère moitié du XVIème siècle) :

La chaire, siège en bois à haut dossier et aux accotoirs pleins réservée au maître de maison. Les seigneurs hauts justiciers feront couronner d’un dais, symbole de leur dignité.
La structure : meuble stable qui possède un coffre d’entrejambe dont le couvercle formait le siège.
Le décor : rinceau, plis de serviettes, fenestrage.
Les assemblages : tenons et mortaises.
Nouveauté : haut dossier.

JPEG - 89.5 ko
(c) "Le Mobilier français, Les Sièges" de Guillaume Janneau, ed Jacques Fréal

Le style Renaissant (2ème moitié du XVIème siècle et début du XVIIème siècle) :

1er style :

La chaire évolue.
La structure : elle s’élargit et se défait de son dais, au bénéfice d’un couronnement qui prolonge son dossier.
Le décor : plus fins, les éléments son rapportés comme les corniches, plinthes, chapiteaux...
Les assemblages : les éléments sont collés.
Nouveauté : haut dossier.

2ème style :

La chaise à bras, est une simplification et une réduction de la chaire.
La structure : désencombrée du coffre d’entrejambe, montée sur quatre pieds reliés par des entretoises formant un châssis.
Le décor : sculpté sur le dossier.
Nouveauté : les accotoirs sont plus fins et se terminent parfois en tête de bélier.

Le style Louis XIII (1610-1660) :

La structure : l’assise est large, le dossier est court. L’entretoise est en H.
Le décor : la garniture est fixée par des clous qui font désormais partie intégrante du décor. Le rembourrage est recouvert de velours, lampas, tapisserie ou de tissu plus commun. Le tournage se fait en spirale.

Nouveauté : les accotoirs disparaissent.

C’est à cette époque qu’apparait le mot fauteuil.

Le style Louis XIV (1660-1725) :

La structure : fait de noyer ou de hêtre. Le dossier est plus haut et renversé vers l’arrière.
Le décor : le piètement est plus finement sculpté.
Nouveauté : l’entretoise passe progressivement de la forme en H à celle en X.

Un fossé se creuse entre le mobilier bourgeois et provincial, dérivation des modèles régionaux du XVIème siècle et celui des palais princiers qu’on imite pour les courtisans. Le mobilier est de plus en plus luxueux. Le mobilier d’apparat est richement orné de placage et d’incrustations avec le fameux André Charles Boulle.

Le style Régence (1725-1735) :

La structure : les accotoirs reculent, le siège s’élargit et s’étend en profondeur, le haut du dossier s’arrondit.
Le décor : prémices des ornements rocailles ; herbages, coquilles...
Nouveauté : plus commode et mobile, disparition de l’entretoise.

Apparaissent des sièges comme la voyeuse ou la voyelle : les hommes l’enfourchaient et pouvaient à califourchon suivre les parties de jeux. C’est un siège sans accotoirs dont le dossier était orné d’un coussin sur lequel on croisait les bras.

Le style Louis XV (1735-1760) :

La structure : les pieds sont galbés.
Le décor : plus épuré, il se limite à quelques fleurettes sculptées pour conserver plus tard, que la moulure.
Nouveauté : l’auteur frappe les meubles de son poinçon à partir de 1751, c’est l’estampille.

Des nouveaux sièges :
- La chaise à la reine
- La chaise en cabriolet
- La bergère

Le style Transition :

La structure : le fauteuil perd de sa sinuosité. Soit les pieds sont droits et le dossier courbe soit le dossier est carré ou en médaillon et les pieds sont cambrés.

Comme son nom l’indique c’est un style transitaire, c’est à dire qu’il y a des éléments du style Louis XV qui se mêlent à ceux du style Louis XVI.

Le style Louis XVI (1774-1793) :

La structure : les pieds sont droits, la structure est plus légère.
Le décor : feuille d’acanthe, rosaces... Les pieds sont en fût cannés, en spirale, sabrés.
Nouveauté : l’entretoise en H revient après un demi siècle d’interruption, le dossier peut être percé.

Le style Directoire (1789-1814) :

La structure : le dossier rectangulaire s’incline légèrement et le haut s’enroule vers l’arrière, en "crosse", les lignes sont épurées.
Le décor : iconographie républicaine comme la pique surmontée du bonnet phrygien, symbole de liberté, ou les faisceaux de licteurs romains.
Nouveauté : l’abolition des corporations permet aux artisans de s’exprimer dans d’autres domaines que le leur et d’y déployer leur talent créatif.

Entre les débuts de la Révolution française et la chute de l’Empire, 25 ans seulement s’écoulent, trois styles différents apparaissent et prennent le nom de régimes politiques.

Le style Consulat (1799-1804) :

La structure : apparition des pieds en "sabre", la forme est sobre et d’un parfait équilibre.
Le décor : l’inspiration dominante reste l’Antiquité, au registre grec et romain s’ajoute l’Egypte grâce aux campagnes napoléoniennes. Les dossiers des chaises sont de moins en moins garnis d’étoffe.
Nouveauté : on aime utiliser les bois clairs, toutefois la grande majorité des meubles est réalisée en acajou.

Le général Bonaparte renverse le Directoire et instaure le Consulat. Le pouvoir exécutif est confié à trois consuls.

Le style Empire (1804-1815) :

La structure : les évènements politiques suscitent une gravité qui commande même la forme des sièges.
Le décor : référence au voyage en Egypte ou à l’Empire Romain. Pattes de fauves, gaines de sarcophages, fleurs de lotus, palmettes écartées, buste de lions ailés ou féminins. Support d’accotoir en col de signe et le pied de siège en balustre.
Nouveauté : l’empire bloqua l’importation d’acajou en 1806, on utilisa donc des bois aborigènes (frêne, orme, citronnier). Parfois on argentait les meubles.

Le style Restauration (1815-1830) :

La structure : un style plus amène, simple et sans prétention. Le type en gondole prédomine avec sa façade rectiligne et son dossier concave.
Le décor : on privilégie l’utilisation de bois clairs en opposition à la mode des bois foncés sous l’Empire.
Nouveauté : les fleurs de lys se substituent aux aigles et autres emblèmes de l’empire.

Pour autant, la restauration des bourbons en 1815 ne songea pas à retourner aux formes d’un passé périmé.

Le style Louis-Philippe (1830-1850) :

La structure : on mélange les styles et leurs formes pour donner un style composite.
Le décor : arcatures gothiques, ogives, rocaille, le motif "cuisse de grenouille"...
Nouveauté : le formalisme médiéval.

Le style Second Empire (1850-1875) :

La structure : reprend les anciennes structures.
Le décor : apparition du capiton dans le rembourrage. Le bois contrefait des cordages. Surcharge décorative souvent caractéristique de cette période.
Nouveauté : le pouf.

L’époque Napoléon III s’attachera essentiellement à faire des copies d’anciens, c’est pour cela qu’on parle de meubles de style (Louis XIII, XV, XVI...) et non d’époque car ils ont été créés pendant une période postérieure au style auquel ils font référence.

Le style Art-Nouveau (1890-1920) :

La structure : plus fine, alimentée de courbes et contre-courbes
Le décor : d’inspiration végétale, marqueterie importante.
Nouveauté : répertoire complètement nouveau en réaction à l’historicisme passé.

A découvrir aussi