L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

Jacques RIGAUD

lundi 29 février 2016, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

PAIRE DE GRAVURES SIGNEES J.RIGAUD

On possède peu d’informations sur Jacques RIGAUD, il est né le 1er mai 1680 et il est mort à Paris le 10 aout 1754. Il bénéficie d’une formation de peintre à Marseille, il a d’ailleurs laissé plusieurs planches intitulées « Vues de Marseille », ces planches sont réalisées pendant l’épidémie de peste qui ravage la ville, cet événement marquera profondément J.RIGAUD qui développera plus tard un style et une rigueur quasi-scientifique au niveau de l’observation des détails.

J.RIGAUD laisse une œuvre dense (plus de 800 pièces), après ses études de peintre à Marseille il se spécialise dans les vues de châteaux comme Marly, Saint Cloud ou encore Fontainebleau. Il est notamment connu pour sa réalisation « Promenade du jardin des Tuileries », cette pièce intéressante peuplée de figures agréablement dessinées tient plus de l’analyse et de l’observation scientifique que de la réalisation artistique.

Mais surtout, Jacques RIGAUD fût célèbre pour son travail « Maison Royales de France », cette commande royale occupera une grande partie de sa vie (de 1730 à sa mort), il se fera même aider par son neveu, Jean Baptiste RIGAUD qui était établit comme marchand de gravures et d’estampes rue Saint Jacques à Paris.

Les œuvres de Rigaud sont souvent exposées par les musées français, le château de Marly-le-Roi a ainsi acquis « Vue de l’abreuvoir de Marly » tandis que le Louvre, le musée Carnavalet et la Bibliothèque Nationale de France conservent des nombreuses œuvres de ce très grand graveur dans leurs collections. Notons qu’en 2007 le musée Promenade de Marly a organisé l’exposition : « Jacques Rigaud, du dessin à l’estampe ».

Les gravures que nous proposons font partie d’une commande royale, il s’agit de la planche 26 « Vue du château de Versailles prise depuis l’extrémité des parterres d’eau » et de la planche 43 « Vue du château de Versailles, prise de la grande avenue, entre les deux écuries ». Elles sont toutes les deux légèrement et très finement rehaussées à la couleur.

A découvrir aussi