L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

J-F OEBEN (1721-1763)

lundi 12 novembre 2012, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Ce petit bureau dit « de dame » est une production du XIXe siècle issue du courant historiciste. Ce courant qui vit fleurir, pendant tout le XIXe, des reproductions de meubles de style, complexes et précieux (notamment le style Louis XVI et Louis XV), permit la redécouverte de techniques oubliées.

JPEG - 37.3 ko
PETIT BUREAU DIT « DE DAME » MARQUETE, DE STYLE OEBEN (LS1696)
73,5cm (hauteur) x 67,5cm (largeur) x 38cm (profondeur)

Ce précieux petit bureau est directement inspiré des travaux de Jean François OEBEN. Né en octobre 1721 et mort à Paris en 1763 Jean François OEBEN est un des plus célèbres ébénistes français.

Originaire d’Allemagne, Jean François OEBEN produit toute sa vie des meubles de grande qualité, d’abord dans un style assez lourd (influence germanique) puis beaucoup plus aéré. Il fournit les plus grandes personnalités du royaume, ainsi que de nombreuses cours étrangères, sa renommée est considérable.

Il débute en tant qu’apprenti dans l’atelier de Charles Joseph BOULLE (fils du célèbre ébéniste André Charles BOULLE). A la mort de C.J. BOULLE en 1754, OEBEN occupe son propre atelier et le titre d’ébéniste du Roi aux Gobelins. Il bénéficie rapidement de la protection de Madame de Pompadour via le marchand Lazare DUVAUX. Avec le temps, son style lourd laisse place à une légèreté inédite, des galbes subtils, des élancements gracieux et surtout une excellente maitrise de la marqueterie. OEBEN devient rapidement célèbre pour ses bouquets de marqueterie qui éblouissent les plus grandes cours d’Europe. Jean François OEBEN était aussi spécialisé dans la fabrication de meubles mécaniques (dit « à secret ») extrêmement complexes. Animées par d’ingénieux mécanismes, ses tables s’ouvraient pour découvrir des écritoires secrets, ses bureaux révélaient des tiroirs ou des coffrets cachés.

Jean François OEBEN reçoit en 1760 la commande la plus importante de sa carrière, le bureau du Roi Louis XV, cette ouvrage nécessitera 9 ans de travail et sera achevé par RIESENER, autre célèbre ébéniste et élève de OEBEN.

Il n’existe que très peu de meubles d’OEBEN signés, la signature ou l’estampille n’étant pas encore la norme dans la première moitié du XVIIIe siècle (obligatoire à partir de 1743).

Après sa mort, son élève RIESENER reprend son atelier avant d’ouvrir le sien. A noter qu’une des filles de Jean François OEBEN est la mère d’Eugène DELACROIX. Le petit bureau que nous proposons, bien qu’appartenant à la production du XIXe, est très proche du travail

d’OEBEN. La finesse de la marqueterie, le motif floral sont totalement dans l’esprit de ce grand ébéniste. De plus, la finesse de la forme, l’élancement des pieds, le galbe gracieux de la ceinture rappelle fortement le travail d’OEBEN. L’ébéniste qui a réalisé ce bureau c’est ouvertement inspiré du travail de ce grand artiste.

A découvrir aussi