L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

Hirotoshi Itoh, "Laughing stone", sculpture en pierre, resign et metal

jeudi 15 juin 2017, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

IROTOSHI ITOH, sculpteur japonais né en 1958, vient d’une famille de tailleurs de pierre depuis des générations. Il choisit de s’inscrire à l’Université des Beaux-Arts de Tokyo, où il suit le cours de sculpture sur métal. Il obtient son diplôme en 1982.
En mélangeant la tradition familiale avec ses études, il construit sa propre idée de la sculpture. Il recueille des pierres et il les étudie pour identifier l’idée suggérée par leur forme. L’utilisation respectueuse des caractéristiques naturelles dictées par le matériau est un aspect important de la culture et de l’art traditionnel japonais.

Grâce à son imagination, ces simples pierres acquièrent de nouvelles formes et significations. La matière minérale dure et figée ramassée dans la rivière est combinée avec des matériaux inhabituels (souvent des métaux et de la résine). Elle devient alors douce et vivante, et défie le sens commun et la perception du touché. L’artiste ajoute un esprit fantaisiste et surréaliste qui rappelle, dans une certaine mesure, les créations de Magritte ou de Dalì.

Sur les pierres polies par l’eau de l’Azusa, la rivière qui traverse le quartier de la ville de Matsumoto où vit ITOH, il ajoute zip, ouvre-boîtes, lacets, des clips, qui révèlent un intérieur inattendu ; ce qui crée l’illusion d’une partie intérieure, cachée, et donne une quatrième dimension : la profondeur. Parfois avec un simple travail de polissage, il donne un aspect inattendu, il colle un couteau ou deux baguettes et créé ainsi un sushi ou de la pâte à tartiner.

« Chaque bloc de pierre cache une statue à l’intérieur de lui-même et c’est au sculpteur de la révéler », disait Michel-Ange. La situation ici est différente : non seulement la pierre est déjà elle-même une sculpture, mais IROTOSHI ITOH nous révèle ce qu’elle contient en créant une ouverture imaginaire sur sa surface, il nous ouvre ainsi une nouvelle dimension qui était jusque là invisible.

Il dit : « Un sourire sur le visage du spectateur est ma principale motivation ». L’artiste atteint son objectif : l’illusion créée est particulièrement heureuse, il y a en effet un côté ironique qui nous fait sourire. L’ironie est visible dans toutes les oeuvres de IROTOSHI ITOH et elle est encore plus évidente dans la série des « Laughing stones » à laquelle appartient notre œuvre.

Principales expositions solo : 2015 Gallery Kan, Nagano ; 2014 Crossy, Ebisu Miztsukoshi, Tokyo ; 2013 Sibuya Seibu, Tokyo ; 2011 Pleasure of Paradox ’11, KEIKO Gallery, Boston (’08) ; 2009 Marble and Stone Sculpture, Gallery East, Australia ; 2006 Laughing Stone, Asahi Museum, Nagano. Principales expositions en groupe : 2014 Amakusalone, Kumamoto ; 2013 Art Fair Tokyo, Tokyo ; 2012 JAPANSK GRAFIK, Sweeden ; 2012 MIASA EXHIBIT, Mendocino, CA (’08, ’10) ; 2009 Perfect Fit—Shoes Tell Stories, Fuller Craft Museum, Brockton MA ; 2009 SOFA New York (’08, ’07) ; 2008 SOFA Chicago (’07, ’06) ; 2007 Japan Month in Houston : Contemporary Japanese Arts and Crafts ; Prix : 2002 The Fifth Trick Art Competition ; 2000 The Fourth Trick Art Competition ; 1997 The Third Trick Art Competition ; 1989 Atelier Nouveau Competition : 1987 Atelier Nouveau Competition. Collections publiques : Matsumoto City Library, Nagano ; Shiroyama Park, Matsumoto, Nagano ; Saint Paul Church, Karuizawa, Nagano ; Hofukuji, Shigamura, Nagano : Love and the People’s Path, Nerima, Tokyo ; Chihiro Museum, Azumino, Nagano ; Nakano City Ippongi Park, Nagano.

A découvrir aussi