L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

BIENNAIS Martin-Guillaume (1764-1843)

mercredi 31 mars 2010, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Né dans l’Orne, il vint à Paris très jeune pour travailler chez un tabletier.

Il s’établit en 1790 rue Saint Honoré. La confiance qu’il manifesta au jeune général Bonaparte, en le fournissant à crédit, contribua pour une large part à sa fortune. Entre 1791 et 1802 il n’est que tabletier et fournit aux Consuls installés aux Tuileries, des jeux de dames, des soufflets ou des crochets de montre. Ce n’est que plus tard qu’il commence la création de petits meubles d’une grande qualité.

Il fournit en général les palais de tables de jeux, de tables et toilette de lit, bureaux de voyages, d’écritoires d’apparat et de coffrets de nécessaires justement célèbres. Il signait en général sur les serrures.

Pour plus d’information consultez : Le mobilier français du XIXe siècle- dictionnaire des ébénistes et des menuisiers. Denise Ledoux-Lebard. Ed. de l’amateur.

A découvrir aussi