L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

Les BEURDELEY

mercredi 31 mars 2010, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Louis-Auguste-Alfred BEURDELEY

Louis-Auguste-Alfred reprend l’entreprise paternelle en 1840 qu’il transfère rue Louis-Legrand, à l’angle du boulevard des italiens. Au commerce de meubles, objets d’art et de tableaux, il y ajoute un atelier de restauration qui sera le point de départ de l’atelier de fabrication.

Il contribue ainsi à l’essor considérable de la petite entreprise familiale. Beurdeley se spécialise dans la création de meubles inspirés de ceux du XVIIIème siècle et plus particulièrement Louis XVI. Il devient rapidement l’ébéniste le plus réputé de Paris, "doué d’un goût exquis, pénétré de la science et des styles à un degré extrêmement remarquable" dit un rapport de l’Exposition de 1867.

Parmi sa clientèle on peut y voir le duc de Nemours, comme plus tard Napoléon III et l’impératrice Eugénie. Il expose fréquemment aux Expositions où il reçoit la médaille d’or en 1867 avec une série de meubles de style Louis XVI. Il laisse en 1875 l’entreprise à son fils.

Alfred-Emmanuelle-Louis BEURDELEY

Fils de Louis-Auguste-Alfred, Alfred-Emmanuelle-Louis devient son collaborateur, puis son successeur en 1875. Il conserve le même emplacement et sut faire prospérer l’entreprise. Il se spécialise et excelle, dans la copie luxueuse des beaux meubles anciens du Garde-meuble national. Il ne crée que peu de meubles originaux.

Tout comme son père, il participa et brilla aux expositions et obtint la médaille d’or à Paris en 1889 avec de nombreux meubles et objets.

Pour des raison personnelles, il ferme en 1895 et vend ses collections. Les ventes se sont échelonner sur 4 ans, soit 20 ventes, totalisant plus de 2 000 pièces et 3 945 de meubles et objets d’art.

Pour plus d’information consultez : Le mobilier français du XIXe siècle- dictionnaire des ébénistes et des menuisiers. Denise Ledoux-Lebard. Ed. de l’amateur.

A découvrir aussi