L’œil du collectionneur par Jean-luc Ferrand

Antonio CORTES

mardi 17 mai 2016, par Barbara Cogollos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Peintre à la cour royale d’Espagne, il est venu en France pour l’Exposition Universelle de 1855.
Ancien élève de Constant Troyon et excellent peintre de la vie rurale, son talent s’exerce dans les cours de fermes. Il se lie avec les peintres de la région et est à l’origine du groupe de Lagny.

Né à Séville en 1827, Antonio Cortés est venu en France en 1855 pour l’Exposition Universelle. Avant cela, il était peintre à la Court Royal espagnole où son talent lui a valu la gloire et les faveurs des amateurs d’art.

Quand il s’installe à Lagny-sur-Marne en 1865, la ville était en plein essor, les progrès technologiques ont stimulé tous les secteurs d’activité. La société dans son ensemble se lançait irrévocablement dans l’ère industrielle.

Lagny était une petite ville située au cœur de l’Île de France, sur les rives de la Marne à vingt kilomètres de Paris, Lagny était avec troyes, Provins et Bar-sur-Aube une des places de marché les plus populaires en Champagne et se vantait alors les signes de ses mutations incroyables.

La ligne de chemin de fer Paris-Strasbourg est ouverte depuis 1849. Cela a déclenché une expansion étonnante de produits manufacturés, mais les tanneries reste le moteur économique lorsque les écoles, les maisons d’abattage, et le grand hôpital ont été construits.

La Belle Epoque "suite à la funeste guerre de 1870 quand la ville a été complètement détruite". Presque partout, de magnifiques maisons ont été construites pour la bourgeoisie parisienne, désireuse de profiter du charme de l’environnement agréable et relaxant. Les restaurants florissent, les canotiers s’empressent sur la Marne, et des manifestations sportives attirent un public avide de loisirs et de spectacles, comme d’innombrables intellectuels, écrivains, acteurs, scientifiques et artistes qui ont afflué vers la région Lagny.

Particulièrement actif dans ce cercle d’artistes avides de révéler la vérité de la nature, Antonio Cortés en fait ainsi parti dont l’œuvre est entièrement conforme à l’école de Barbizon. Rien d’étonnant de trouver son nom sur la liste des Salon des Artistes Français pendant l’année 1868 dans le cadre de pleinairisme. Ses principaux sujets ne sont pas des moutons, mais dans la manière de Constant Troyon, des troupeaux de vaches et de bœufs.

Il était non seulement un peintre de paysage authentique, mais aussi un peintre important d’animaux. Il excelle dans la peinture du bétail, mais cela n’exclut pas d’autres participants de la vie rurale. Il a été le plus célèbre à Lagny où il a vécu au n ° 7 Bld Carpentier, avec sa femme, née Angeline Celile Berger, et leur fils Aguilar d’Andre Corte né à Paris en 1866. Pendant la guerre de 1870, ils sont retournés à Paris, où sa femme allait mourir l’année suivante.

Après les événements tragiques qui se sont produits pendant la Commune de Paris, la famille retourne à Lagny au 32 rue du Pont-Neuf. Antonio Cortes reprend ses peintures de paysages et a pris le temps d’enseigner son art.

A découvrir aussi