The eye of the collector by Jean-luc Ferrand

A - B

Thursday 25 February 2016, by Barbara Cogollos

All the versions of this article: [English] [français]

A

accotoir, armrest , n.m. Partie d’un fauteuil permettant de reposer l’avant-bras ou de s’accoter, càd de s’appuyer sur le côté. L’accotoir, souvent désigné sous le nom de "bras" est relié au dossier par un tenon et repose sur une pièce verticale : la "console d’accotoir" ,fixée à la base, sur la ceinture du siège. Le dessus de l’accotoir devient la "manchette" lorsqu’il est rembourré.

JPEG - 19.5 kb
© JLF Antiquités – Console d’accotoir reculée

accoudoir, balustrade, n.m. Partie supérieure d’un dossier de chaise où l’on s’accoude. Ne pas confondre avec accotoir.

JPEG - 16.3 kb
© JLF Antiquités – Consoles d’accotoirs reculées

acier, steel, n.m. Alliage de fer et d’une petite quantité de carbone (1à 2 %)

agrafe, fasten, n.f. Appliquant au mobilier le répertoire décoratif de l’architecture classique, les artistes de la Renaissance et du XVII siècle adaptent l’agrafe en sculptant au milieu d’un corps de moulures, telle la corniche, un motif saillant auquel il semble accroché : cette agrafe en forme de console s’orne alors souvent d’écussons ou d’armoiries.

JPEG - 15.5 kb
© JLF Antiquités – Console de style Louis XV en bois doré
JPEG - 12.5 kb
© JLF Antiquités – Agrafe

aiguière, ewer, n.f. Récipient à eau composé d’un pied, d’une panse, d’un col et d’un bec verseur et souvent accompagné d’un bassin. Destinée au service de l’eau sur les tables dès le haut Moyen Âge en Occident, l’aiguière reste d’un usage courant jusqu’au XIXe siècle.

JPEG - 13.2 kb
© JLF Antiquités - Paire d’aiguières en métal argenté

aile, wing, n.f. Bord horizontal d’un plat ou d’une assiette. Ne pas confondre avec le marli.

JPEG - 15.1 kb
© JLF Antiquités – Paire de plats Delft
JPEG - 18.6 kb
© JLF Antiquités – L’aile du plat

airain, brazen, n.m. Alliage de cuivre et d’étain, synonyme "noble" de bronzes.

JPEG - 13.9 kb
© JLF Antiquités – Le soldat de Marathon annonçant la victoire

ajouré, openwork, Se dit de toute matière percée de jours à caractère ornemental : meubles, bronzes d’ameublement, galeries de cuivre, pièces d’argenterie, porcelaine ou faïence.

JPEG - 2.3 Mb
© JLF Antiquités – Paire de panneaux en bois sculpté à décors ajouré XIXème siècle

albâtre, alabaster, n.m. Sulfate de calcium hydraté qui est une variété de gypse. Sa porosité facilite l’application de peinture et teintures diverses. Que ce soit dans le domaine de la sculpture ou de la décoration, l’albâtre remplaçait souvent le marbre sous forme de colonnes, de revêtement de murs, de plafonds, de vases...

JPEG - 10.3 kb
© JLF Antiquités – Guéridon néo-classique en albâtre « les trois grâces »

alliage, alloy, n. m. La plupart des métaux manufacturés, à l’exception du cuivre et du fer, sont utilisés en alliages, pour en améliorer la malléabilité ou la résistance. la qualité technique et artiste et artistique dépend en grande partie de cet alliage, qu’il s’agisse d’argent, de bronze ou d’étain.

aloi, n.m. mot dérivé de l’ancien français "aloier" signifiant alliage. L’aloi désignait l’alliage légal, c’est-à-dire la proportion autorisée de métal d’alliage par rapport au métal précieux, en matière d’orfèvrerie et de monnayage: bon aloi ou mauvais aloi. Il était exprimé en carats (1/24) pour or, en deniers (1/12) et grains (1/24) pour l’argent. Aujourd’hui, l’aloi, que l’on appelle plutôt titre, est apprécié en millièmes.

amarante, amaranth, n.f. Bois exotique, pour plus d’informations cliquez ici

JPEG - 5.1 kb
© JLF Antiquités - Bois d’amarante

ambre, amber, n.m. Résine fossilisée d’origine végétale qui se présente en fragment plus ou moins important dont la couleur varie du jaune pâle à l’ocre sombre. On la traite de la même façon qu’une pierre.

améthyste,amethyst,n.f. Variété de quartz allant du mauve clair au violet foncé.

JPEG - 14 kb
© JLF Antiquités – Aigle lumineux en améthyste et laiton doré

applique, sconces, n.f. Sorte de candélabre à une ou plusieurs branches qui s’appliquent contre un mur. Elles sont le plus souvent en bronze ciselé et doré, généralement utilisé par paire, elles étaient à l’origine destinée à recevoir des chandelles, puis des bougies, dont la cire fondue était recueillie dans des bobèches.

JPEG - 13.6 kb
© JLF Antiquités – Paire de grandes appliques de style Louis XVI

aquatinte, aquatint, n.f. Délicat procédé de gravure sur métallisant à valoriser les teintes. Un grainage préalable de la plaque est obtenu par pulvérisation à la poussière de résine ou de bitume, ou par vaporisation d’un vernis. Les grains ainsi répartis sont fixés par chauffage. La plaque est ensuite mordue à l’acide : celui-ci n’attaque que les parties protégées.

arbalète, crossbow (en) .Ce dit d’un profil qui caractérise certaines commodes dont la façade ( et le bord du plateau ) suit une ligne sinueuse où s’enchaînent courbes et contre-courbes, évoquant la forme d’un "arc d’arbalète".

argenterie, silverware n.f. Ensemble des objets d’argent à usage domestique ou décoratif, plus particulièrement la vaisselle mais aussi les objets de toilette, d’éclairage, ...

aronde, dovetail ( assemblage en queue d’ ). Pour plus d’informations cliquez ici

JPEG - 36.3 kb
© JLF Antiquités – Queue d’aronde d’une grande commode sauteuse de style Louis XV

Aubusson. Selon une tradition lointaine, les sarrasins auraient fondé au VIIIème siècle la première manufacture de tapisserie Le nom même d’Aubusson est utilisé pour parler d’une tapisserie exécutée de la ville.

JPEG - 21 kb
© JLF Antiquités – Tapisserie Aubusson du XVIIIe

B

balancier, pendulum n. m. Poids dont le mouvement oscillatoire alternatif assure la marche des aiguilles d’une pendule. C’est dans le dernier quart du XVIIème siècle que Huygens, grâce à un petit ressort, augmente la régularité du mouvement et la précision du déplacement des aiguilles.

JPEG - 31.4 kb
© JLF Antiquités – Pendule portique d’époque empire signée Comminges n°62 Palais royal

balustre, baluster n.m. En architecture, petit pilier en forme de colonnette. Certaines parties du sièges telles que les pieds ou les consoles d’accotoir, ainsi que les supports de plateau de table ou de consoles sont dit "en balustre" lorsqu’ils comportent un piller vertical plus ou moins renflé.

JPEG - 3.6 Mb
© JLF Antiquités – Balustre

barbotine, n.f. Bouillie de pâte argileuse plus ou moins épaisse utilisée en céramique, soit pour faire adhérer deux morceaux, soit comme décor proprement dit.

baromètre, barometer n.m. Instrument servant à mesurer la pression atmosphérique. Son principe, découvert par les expériences de Torricelli et Pascal (1647) a été rapidement mis en application.

JPEG - 34 kb
© JLF Antiquités – Baromètre d’époque Louis XVI fin XVIIIème sièclePaire

baroque, baroquen m ou adj. Le mot a pour origine un terme de joaillerie portugais, "barroco", s’appliquant à des perles irrégulières. Par extension, baroque devient synonyme de bizarre, curieux, ridicule. La spécialisation du terme dans le domaine artistique remonte à la seconde moitié du XIXème siècle.

bergère, n.f. Fauteuil à joues pleines dont les côtés sont garnis d’étoffes (plus rarement de cuir ou de cannage) entre les accotoirs et la ceinture. Il apparait vers 1720.

JPEG - 69.6 kb
© JLF Antiquités – Paires de bergères de style XVI

biscuit, n.m. En céramique, le biscuit est obtenu par une cuisson complète. Le biscuit de porcelaine est fabriqué avec des pâtes de premier choix donnant à l’objet façonné l’apparence d’un marbre blanc.

JPEG - 26.2 kb
© JLF Antiquités – Paires de personnages en biscuit «Psyché et Cupidon»

blason, blazon n.m. Motif sculpté placé en façade au milieu de la ceinture d’un siège. Le blason comporte parfois des armoiries mais le plus souvent un ornement floral, une coquille ou une grenade.

JPEG - 62.9 kb
© JLF Antiquités - Blason

boiserie, panelling n.f. Revêtement appliqué aux murs intérieurs d’une habitation. destinés à l’origine à protéger du froid et de l’humidité, les boiseries formées de panneaux assemblés (par rainures et languettes) servent également de support à des éléments décoratifs.

boudeuse, n.f. Siège d’époque Napoelon III comportant deux coussins capitonnés séparés par un seul dossier, ce qui oblige les occupants à s’assoir dos à dos.

bout de pied, n.m. Petit siège qui se place contre la ceinture d’un fauteuil, le transformant ainsi en chaise longue.

JPEG - 56 kb
© JLF Antiquités – Duchesse brisée

bouton, button n.m. Sorte de petit renflement ornant la tige (ou jambe) d’un verre ou d’une coupe à pied.

bouvet, rabbet plane n.m. Rabot dont le fer permet de faire soit des rainures (en creux) soit des languettes (en relief), afin de réaliser des assemblages. Il peut être à deux pièces, ce qui permet de varier la distance d’intervention par rapport au premier corps, et à pompe pour régler la profondeur de la rainure.

brèche, gap Qualifie un marbre où les veines dessinent des formes arrondies de couleurs panachées.

JPEG - 58 kb
© JLF Antiquités – Marbre brèche

briquet, lighter n.m. Petite charnière en métal courte et plate, vissée dans le haut des portes ou sur le côté des abattants. La tête du briquet forme une saillie cylindrique qui, engagée dans le montant d’un meuble, maintient la porte et lui permet de pivoter.

brûle-parfum, incense burner n.m. Récipient composé de deux parties, l’une très creuse, destinée à recevoir les produits aromatiques, l’autre servant de couvercle, et percée d’ouverture permettant à la fumée odoriférante de s’élever dans l’air.

JPEG - 32.6 kb
© JLF Antiquités – brûle parfum

bufflage, n.m. Terme d’ébénisterie signifiant "polissage". Cette opération de finition consiste à frotter les meubles avec un tampon en peau de bulle garni de ponce et d’huile.

bureau-capucin, n.m. Petite table à écrire, également appelée "secrétaire à culbute", comportant un serre-papier en quart de cercle qui bascule à volonté à l’intérieur d’un caisson.

burin, chisel n.m Cet outil de main à graveur est différent pour la gravure sur bois ou pour la gravure sur métal. Le mot s’applique également à la nature du travail effectué, l’estampe.

Also discover